Les résultats de nos ventes aux enchères

Lot 22 : 11000 €

Vente Arts Premiers du 28-10-2020

Figure siamoise à trois jambes, leur visage face à face à l'expression courroucée
Leur corps présente des formes généreuses associées à un concept de fertilité ou de fécondité. Dans l'Amérique précolombienne, les personnes présentant des déformations congénitales (bossus, siamois, nains, etc.) étaient considérées comme marquées par le destin pour devenir des chamans ou magiciens puissants, elles étaient donc adorées par le peuple en tant que telles
Terre cuite polychrome, légère usure du décor, traces d'oxyde de manganèse
De style Chupicuaro, région de Guanajuato, Mexique
16 x 32 cm

Provenance: Ulrich Hoffmann, Alt Amerika, Stuttgart  
Un test de thermoluminescence sera remis à l'acquéreur

Lot 100 : 160000 €

Vente Horlogerie, Joaillerie, Bijoux de créateurs du 19-06-2023

CARTIER Paris
Broche Cartier en platine dans laquelle est suspendu un cristal d’émeraude colombienne vert transparent d’environ 75 carats, à quatre côtés, taillé en forme trapèze dont un côté en arc-de-cercle, le tout aux angles adoucis gravés sur les bords de chevrons entre deux lignes de croix convexes. L’émeraude mobile, gravée de motifs floraux particulièrement bien exécutés et de type moghol, est protégée par un entourage d’env. 3,20 ct. de diamants naturels taille old European et huit taille rose. L’ensemble est surmonté d’un diamant naturel taille old European d’env. 1,95 ct. (couleur H-I, pureté VVS, fluorescence bleue faible). Ajout postérieur d’une épingle en or blanc 18k (750 millièmes). Le bijou est accompagné du rapport d’identification de l’IGI Anvers, n° F4J00886, daté du 28 février 2008. Inscription : « Cartier Paris Déposé »
Dimensions de l’émeraude : env. 39,7 x 28,6 x 10,8 mm.
Dimensions de la broche : env. 5,5 x 5 cm.
Poids brut : 31,1 g.

Note de l’expert :
Le bijou qui vous est présenté ici est exceptionnel de par les matières employées et l’art joaillier qu’il représente. Une émeraude gravée de cette taille nécessite le geste sûr de celui qui prendra la responsabilité de lui donner forme et décor. Francesca Brickell Cartier, descendante de la lignée de la famille des grands joailliers, nous livre un des secrets pour une réussite complète de cet acte de grande précision. La Maison Cartier octroyait deux jours de congés à celui qui était désigné à cette tâche, pour lui permettre d’entreprendre son travail avec sérénité :
“The act of mounting large, fragile emeralds by fallible human hand was fraught with difficulties. The craftsman selected for the task had to apply exactly the right amount of pressure of each platinum claw that would hold the gemstones in place. Too much pressure and the emerald might well break; too little and any subsequent movement of the emerald might start a cleavage flaw. For such an intense task, Jacques (Cartier) would give the chosen craftsman two days off work before beginning the job to ensure he was totally relaxed. They couldn’t risk a trembling hand.”
Cartier Brickell F., The untold story of the family behind the jewelry empire : The Cartiers, New York, 2021, p. 293-294.

Si l’influence indienne est très présente dans la taille de cette émeraude, son origine est bien colombienne comme l’atteste le rapport de l’Institut Gemmologique International. Nous sommes ici face à un témoin de l’histoire du commerce des pierres qui a vu le jour au XVIe siècle. Plusieurs mines sont découvertes et exploitées par les Espagnols : Chivor en 1537, Muzo vers 1550 avec le travail de la mine de Tequendama à partir de 1594 et Coscuez en 1646. La couronne espagnole pousse à la productivité des mines car elle perçoit la dîme sur un cinquième des pierres qui parviendront du Nouveau Monde. C’est alors que les Portugais prennent en main le commerce international entre l’Europe et les comptoirs lointains notamment en Inde, comme celui de Goa ou encore de Diu. Les grandes émeraudes utilisées en Inde viennent effectivement depuis le XVIe siècle de Colombie et elles étaient le plus souvent taillées en table à six côtés ou respectant la forme du cristal d’origine pour en garder le meilleur poids. Celle du bijou que nous vous présentons ici n’y fait pas exception.

Jacques Cartier part en Inde en 1911 et en revient en 1912 pour les perles tout d’abord mais également pour les gemmes et les bijoux orientaux. Mais c’est surtout Louis, alors directeur artistique, qui est à la recherche de nouvelles influences par une érudition remarquable, en étudiant les matières, les formes et les volumes de ces productions lointaines. La Maison va réussir à moderniser les bijoux des grandes familles indiennes en utilisant leurs pierres historiques notamment dans des formes en platine et également importer des émeraudes gravées mogholes.
Cartier et les émeraudes gravées, une grande histoire et une audace importées en Europe qui vont marquer l’Histoire de la Haute Joaillerie du début du XXe siècle, quand bien des orfèvres étaient frileux dans les années 1920. Cette période voit quelques-unes des plus belles pièces sortir des ateliers parisiens, tel le bijou vendu par Millon Belgique, signé Cartier Paris.

Ecker H. et alii, ss dir., Cartier et les Arts de l’Islam, Musée des Arts Décoratifs, Paris, 2021. Giuliani G. et alii, La route des émeraudes anciennes, dans Pour la science, 277, Paris, 2000. Rudoe J., Cartier, British Museum, Londres, 1997.

Lot 1 : 800000 €

Vente TEST VPO du 16-05-2024

gkjg

Lot 447 : 17000 €

Vente BANDES DESSINEES du 24-09-2017

Astérix : La Serpe d'or, édition originale de 1962 (Pilote). Album exceptionnel. Etat neuf.

Lot 44 : 10500 €

Vente Cigares, vins et spiritueux du 08-06-2020

Extraordinaire ensemble d'un grand connaisseur CABINET  - "X aniversario linea 1492", Cohiba 2002 (petite commode à tiroirs de 90 cigares, n°150/500, avec sa caisse d'expédition) 

Lot 120 : 8500 €

Vente CHAMBRE DES MERVEILLES III du 26-03-2017

Splendide ammonite Placenticeras Meeki de l'Alberta.
Diamètre imposant pour cette spectaculaire ammonite aux iridescentes couleurs électriques, très bel état pour ce must.
Elégamment soclée. Exceptionnelle.
D: 42 cm.
 

Lot 519 : 8500 €

Vente Vente 45 du 05-06-2016

Roba : Boule et Bill, illustration à l'encre de Chine et aquarelle représentant le héros et son cocker jouant à saute-mouton. Ce dessin est réalisé entre la parution des gags hebdomadaires n°70 et 121. Signée, dédicacée et datée 1962. Dimensions : 14,5 x 16.

Lot 114 : 9500 €

Vente BIJOUX & PIERRES PRECIEUSES du 06-05-2019

JEAN DESPRÉS
Splendide bague en argent, or jaune 18k (750 millièmes) et galuchat dans les tons beige. Constituée d’un cercle en argent frappé et divisé en deux par un rectangle dans lequel est posé le galuchat. Une flamme en or jaune s’échappe du rectangle pour rejoindre le bord du cercle. Le tout repose sur un anneau large d’un centimètre. Ce bijou brille par son originalité. Poinçon du maître. 
Tour de doigt : 50/51
Poids brut : 22,3 g.

Lot 296 : 22000 €

Vente Joaillerie et Horlogerie du 01-12-2021

Bague en or blanc 18k (750 millièmes) produisant un étonnant trompe-l'oeil en diamant grâce à la parfaite juxtaposition de neuf diamants de tailles fantaisies donnant l'impression d'un très gros diamant taille émeraude. Cette bague est le résultat d'une taille parfaite des diamants et de leur emboitement avec une précision à couper le souffle. C'est novateur et c'est surtout rare de trouver une composition aussi incroyablement précise ! Les épaules sont ornées de diamants taille baguette. Rapport HKD indiquant que les diamants sont de pureté VVS et de couleur F à G. 
Tour de doigt : 54-55
Poids brut : 12,2 g. 

Lot 282 : 6400 €

Vente CIGARES et GRANDS VINS - Collection M. de Champérard du 19-10-2017

- 2 bouteilles MONTRACHET, Ramonet 1978

Lot 122 : 32000 €

Vente Collections belges & luxembourgeoises, dont la collection du critique d'art Charles Bernard du 28-03-2021

Auguste RODIN (1840-1917)
Femme nue allongée aux bras écartés (Probablement d’après la danseuse Alda Moreno), circa 1910-13
Graphite et estompe sur papier vergé filigrané (KO)NIGE collé sur un papier de support (dans les deux coins supérieurs)
Porte la griffe à l’encre violette «Rodin» en bas, à droite (Lugt. 2142)
Au dos, inscriptions diverses
Annoté au crayon à gauche : "signé du cachet du musée par M. le conservateur Bénédite" et à la plume et encre brune, à droite : "Certifié dessin original d’Aug. Rodin", signature et cachet de l’expert Edmond Delaye à Lyon.
22,8 x 37 cm (33,2 x 45,7 cm pour le support)
Provenance: Collection Charles Bernard, Bruxelles
Un certificat de Madame Christina Buley-Uribe sera remis à l'acquéreur.

Lot 249 : 7000 €

Vente BANDES DESSINEES du 21-03-2021

Hergé : Quick et Flupke, carte de voeux de 1940 : Flupke et l'agent 15, la corne d'abondance, non signée. Très rare. Très très bon état / Proche de l'état neuf.

Lot 173 : 6200 €

Vente Joaillerie et Horlogerie du 01-12-2021

G. JOSEPH, Paris
Très bel exemple de montre de carrosse en métal cuivreux du XIXe siècle. Boîtier peint en rouge et percé sur le fond avec entourage d'oeillets à plusieurs endroits. Cadran émail blanc, chiffres romains pour les heures et arabes toutes les cinq secondes (accidents à l'émail). Entourage en pierres d'imitation en verre, gravure et trois aiguilles. Forme ronde à charnière invisible. Mouvement par chaîne se terminant par une corde avec perle de corail. Gravure du mouvement Avance - Retarde. Remontage par clefs (absentes). Signée Joseph G. à Paris N° 293. Prévoir révision (oxydation). En l'état.
Diamètre : env. 11,5 cm. 
Poids brut : 1114 g. 

Lot 136 : 35000 €

Vente Collections belges et luxembourgeoises du 19-12-2021

Rare et importante icône du bienheureux et grand martyr Nikita (Nicétas le Goth).
Tempera sur bois
Au centre une représentation en pied, entouré de 16 scènes de sa vie en cantons.
Restaurations et usures, légers manques. Les légendes ajoutées postérieurement. 
Russie, école de Novgorod, XVIIe siècle
90,5 x 75,5 cm
 
Provenance:
- Collection Otto-O'Méara et son épouse née Moselli
- Leur vente, Galerie Georges Giroux, Bruxelles, 15-16-17 octobre 1928, lot 304 (reproduite au catalogue sous le n°94)
- Collection privée, Belgique

Provenant de l’importante collection d’icônes d’Otto-O’Méara, une des deux seules qui existaient en dehors de la Russie, l’exportation en étant à l’époque interdite vers l’Occident, cette œuvre faisait partie de la série des pièces exceptionnelles de l’école de Novgorod.   
 
Historique:
Nicétas le Goth est un chrétien martyr mort en Roumanie en l'an 372, reconnu saint et vénéré par les catholiques et les orthodoxes. Goth d'origine, Nicétas naquit et vécut sur les bords du Danube. Il reçut le baptême de l'évêque Théophile qui participa au premier concile de Nicée (d'où sans doute son nom de baptême). Avec l'évêque goth d'origine grecque Ulfila, il évangélisa ses compatriotes goths qui étaient en majorité disciples de l'arianisme.
Soldat, Nicétas combattit contre les troupes restées païennes d'Athanaric. Lorsque ce dernier exerça son pouvoir parmi les tribus de la région, il appliqua une persécution systématique contre les chrétiens. Nicétas fut condamné en 372 au bûcher, mais son corps ne brûla pas complètement. Ses restes furent recueillis par un autre ami soldat goth de religion chrétienne, Marian (Marianus), qui apporta par la suite son corps préservé du feu à Mopsueste en Cilicie, où on lui bâtit une église et où de nombreux miracles s’accomplirent (légende marquée en bas de l'icône). Une partie de ses reliques furent données ensuite à des églises de Constantinople, puis de là au monastère de Vissoki Detchani (Serbie).
Il est patron de la ville de Melendugno en Italie, où l'abbaye du XIIe siècle conserve une relique. Plusieurs églises et monastères de Russie lui sont dédiés, comme le monastère Nikitsky de Pereslavl-Zalesski, le monastère Nikitsky détruit dans les années 1930 à Moscou, etc. Sa fête est le 15 septembre du calendrier grégorien pour les Latins et le 15 septembre du calendrier julien (soit le 28 septembre pour le calendrier grégorien) pour les Orientaux des Églises orthodoxes. La variante russe de son nom, Nikita, est courante dans les pays russophones.

Ce lot est décrit par Maxime Charron, Paris.

Lot 262 : 14000 €

Vente BIJOUX & PIERRES PRECIEUSES du 06-05-2019

RARE ET EXCEPTIONNEL
Tanzanite exceptionnelle tant par sa taille que par sa couleur. 
Poids brut : 24,40 ct
Dimensions : 22,65 x 15,15 x 10,71 mm 
 
Note de l’expert : Cette tanzanite est vraiment remarquable et de qualité de très haute joaillerie. Son trichroïsme très marqué, c’est-à-dire qu’elle passe du bleu royal, au violet intense et au bordeaux lumineux. La taille est parfaite et les facettes révèlent la brillance interne et ses reflets si particuliers ! Seuls les grands amateurs de pierres précieuses connaissent bien cette pierre qui est finalement connue depuis peu, comparativement aux diamant, saphir ou émeraude. Elle a été découverte en Tanzanie dans les années 1950 et commercialisée à la fin des années 1960. On la trouve sur une surface de 10 km2 ce qui rend cette pierre plus rare que le diamant !